Autres études portant sur les vaccinations

De nombreux auteurs ont fait des recherches concernant les vaccinations ; on va parler des résultats de quelques-uns de ces recherches dans cet articles.

Vaccinations et splénectomie

Chez l’enfant spénectomisé, on observe des infections sévères en rapport avec un trouble des défenses immunitaires.

Ces infections sont principalement des septicémies et des méningites dont la fréquence et la gravité sont indépendantes de la cause de la splénectomie.

Dans la moitié des cas, le germe en cause est le pneumocoque qui justifie une vaccination anti-pneumococcique préventive, de préférence avant splénectomie.

L’analyse des résultats publiés est contradictoire.

Certains auteurs insistent sur l’efficacité sérologique de la vaccination pneumococcique chez l’enfant splénectomisé tandis que d’autres trouvent une réponse sérologique nettement inférieure à celle des
sujets normaux.

Il est par ailleurs important de souligner que la vaccination par vaccin vivant atténué est contre-indiquée chez les splénectomisés tandis que l’utilisation d’un vaccin inactivé, d’un vaccin polysaccharidique ou d’une anatoxine n’expose à aucun risque.

Vaccinations et traitement anticoagulant

Pour les malades soumis au traitement anticoagulant, la vaccination par voie intramusculaire fait peser la menace d’hémorragie locale.

Toutefois, si les injections intramusculaires nous semblent contre-indiquées, les injections sous-cutanées, en revanche, ne le sont pas à condition qu’elles soient faites avec une aiguille très fine, en regard d’un plan osseux sous-jacent (ce qui permet une bonne compression) tel que la face dorsale de l’avant-bras, un peu au-dessus du poignet ; une compression prolongée est nécessaire.

Il est utilise de signaler que l’injection intramusculaire d’immunoglobulines est absolument contre-indiquée vu le risque de provocation d’accidents hémorragiques.

Il est préférable chez ces sujets de recourir aux gammaglobulines injectables par voie veineuse.

Vaccinations et mucoviscidose

Les vaccinations sont fortement recommandées chez des enfants atteints de mucoviscidose.

 

Nous connaissons tous la gravité d’une coqueluche, d’une rougeole ou d’une tuberculose chez ces malades.

Les critères de surveillance de ces malades après vaccination sont ceux observés lors de l’évolution de la maladie elle-même, c’est-à-dire :

  • le rythme respiratoire
  • le volume et l’aspect de l’expectoration
  • l’auscultation
  • la radiographie thoracique

En dehors des vaccinations obligatoires habituelles, les vaccinations grippale et rougeoleuse sont fortement recommandées, Feigelson, Jehanne et coll., lors de leur étude, ont noté la bonne tolérance du vaccin antirougeoleux et préconisé son utilisation systématique.

En aucun cas, la vaccination antimorbilleuse n’a aggravé l’état pulmonaire des sujets vaccinés.

Vaccinations et cardiopathies

La vaccination des enfants atteints d’une cardiopathie congénitale peut être faite sans danger lorsqu’un bon équilibre cardio-vasculaire est obtenu.

Pour les cardiopathies acquises, rhumatismales, il faut attendre que le processus inflammatoire soit complètement éteint.

Les vaccinations antigrippale et antirougeoleuse sont particulièrement indiquées chez ces enfants.

Ajouter un commentaire