L’essentiel sur l’immunoglobuline

Les gammaglobulines ou immunoglobulines humaines sont largement utilisées depuis 1945 dans un but aussi bien préventif que thérapeutique, permettant ainsi de réaliser une immunothérapie passive par apport direct d’anticorps circulants, immédiatement prêts à jouer un rôle anti-infectieux chez le receveur.

Les immunoglobulines sont  des glycoprotéines sériques ayant une activité anticorps, que l’on peut grouper en 6 classes distinctes :

  • IgG
  • IgM
  • IgA
  • IgD
  • IgE
  • IgA sériques et sécrétoires
Immunoglobuline

Immunoglobuline

Elles possèdent toutes une structure dont le type est celui de l’IgG, quantitativement le plus important dans le sérum.

Elles se présentent sous forme d’un Y souple et on leur distingue deux fragments :

  • le fragment Fc ou fragment cristallisable comporte la partie terminale des deux chaines lourdes ; il conditionne les fonctions biologiques de la molécule : fixation cellulaire, transfert placentaire, fixation du complément
  • les deux fragments Fab comportent les parties proximales des deux chaînes lourdes et les deux chaînes légères ; ces deux fragments comportent l’activité anticorps proprement dite

Pour info,

  • les IgG, IgD et IgE sont présentes dans le sérum sous forme monomérique
  • les IgM sont composées de cinq sous-unités réunies par leur fragment FC
  • les IgA sériques sont souvent dimériques
  • les IgA sécrétoires sont composées de deux monomères réunis par une pièce sécrétoire d’origine épithéliale

Fabrication des immunoglobulines

Les immunoglobulines standard sont préparées par fractionnement à l’alcool, selon la méthode de Cohn, à partir de pools de plasma provenant d’un grand nombre de sujets normaux.

Les préparations obtenues ne contiennent que des immunoglobulines de la classe des IgG. Les IgA et IgM n’y existent qu’à l’état de traces.

Les immunoglobulines standard peuvent être d’origine :

  • plasmatique
  • placentaire

Dans les deux cas sont exclus les porteurs d’antigène HBS, ce qui explique que les gammaglobulines thérapeutiques ne transmettent pas l’hépatite B.

Par ailleurs, les gammaglobulines subissent des contrôles de conformité  :

  • physico-chimique
  • d’innocuité
  • de stérilité
  • d’efficacité thérapeutique

A côté des gammaglobulines standard, il existe des immunoglobulines spécifiques qui sont également obtenues par les procédés de fractionnement usuels de plasmas sélectionnés, riches en anticorps, provenant de convalescents ou de donneurs hyperimmunisés.

Préparations commerciales

On dispose actuellement de trois variétés de gammaglobulines :

  • les gammaglobulines standard extraites du placenta humain ou du sang ; elles contiennent essentiellement des IgG, ne contiennent pas d’IgM ni d’IgA ; ce sont des gammaglobulines polyvalente
  • les immunoglobulines spécifiques provenant de sujets hyperimmunisés par des vaccinations répétées, de convalescents de maladies infectieuses, ou de donneurs sélectionnés pour leur titre élevé en anticorps
  • les immunoglobulines standard à usage intraveineux

Du fait de la fixation spécifique des immunoglobulines à la surface cellulaire et des propriétés anticomplèmentaires de leurs agrégats, les solutions standard d’immunoglobulines ne peuvent être injectées que par voie intramusculaire, qui constitue la meilleure voie d’administration lorsque la quantité de gammaglobulines à injecter est relativement faible.

Il n’en est pas de même lorsque la prophylaxie ou le traitement par les gammaglobulines nécessite l’apport d’anticorps en grandes quantités, notamment chez les très jeunes enfants, du fait de la fréquence importante des réactions locales et des phénomènes douloureux observés.

L’intérêt d’une préparation injectable par voie endoveineuse a conduit à préparer des gammaglobulines modifiées par divers systèmes enzymatiques.

Leur usage, par voie intraveineuse, assure ainsi des traitements de longue durée avec une excellente tolérance même à forte dose.

Leur demi-vie biologique, suffisamment longue, permet une utilisation thérapeutique à la fois dans le traitement des processus infectieux et dans celui des carences en anticorps.

Les gammaglobulines à usage intraveineux se présentent sous forme lyophilisée à réhydrater au moment de l’emploi avec un solvant. La solution ainsi obtenue peut être perfusée, diluée avec du sérum physiologique ou du sérum glucosé isotonique.

Ajouter un commentaire