La vaccination antipneumococcique chez les personnes âgées

En France, comme dans la plupart des pays du monde, l’infection pneumococcique constitue un problème de santé publique dont l’importance est sous-estimée du fait de la difficulté de l’identification bactériologique des pneumococcies en pratique courante.

Une maladie grave

Malgré la diminution de l’incidence de la maladie depuis l’ère des antibiotiques, celle-ci reste encore élevée, occasionnant, des les 2 âges extrêmes de la vie, une lourde mortalité.

En France, l’incidence annuelle de l’infection pneumococcique est estimée à 125000 cas.

Il y aurait approximativement 9700 décès par an par pneumonie bactérienne, soit un taux de mortalité de 18,6 pour 100000 habitants, représentant 17,7 % du total es décès enregistrés dont 29 à 41 % surviennent chez les sujets âgés :

  • enter 50 et 69 ans
  • 54 à 61 chez ceux âgés
  • plus de 70 ans

Le pneumocoque est, par ailleurs, responsable de 60 à 70 % des méningites bactériennes chez les sujets âgés, avec un taux de létalité dépassant 50 %.

Les facteurs aggravant la maladie

De nombreux facteurs interviennent dans la gravité de la maladie chez les personnes âgées.

Les modifications du système immunitaire avec l’âge de la fréquence des maladies chroniques favorisent :

  • la surinfection
  • plus particulièrement les insuffisances respiratoires
  • cardiaques
  • le diabète
  • les néoplasies
  • les asplénies fonctionnelles ou organiques
Alcool

Alcool

Il s’y ajoute le  :

  • mauvais état nutritionnel
  • le tabagisme
  • l’alcoolisme…

La vaccination antipneumococcique

Bien que le germe soit sensible à la plupart des antibiotiques, l’apparition de souches résistantes a orienté les recherches vers la prévention par la vaccination.

Ce sont les vaccins polysaccharidiques qui ont pris le plus d’avance.

Ils doivent leur récent développement aux travaux de R.Austrian.

Bien que l’on connaisse 84 sérotypes capsulaires de pneumoccoques, le vaccin commercialisé en France actuellement contient 23 sérotypes responsables de 88 % des infections pneumococciques graves.

Les essais cliniques effectués avec le vaccin tétradécavalent renfermant 50 µg de chacun des 14 types de polysaccharides ont montré sa parfaite tolérance.

Vaccination

Vaccination

Des réactions locales à type d’érythème ou d’induration ainsi qu’une légère hyperthermie ne dépassant pas 38° peuvent être observées.

La durée moyenne de ces réactions est de 1 à 2 jours.

Du fait de la fréquence des réactions locales et générales lors de la réinoculation, un délai de trois ans au moins entre deux vaccinations doit être respecté.

Enfin, l’association du vaccin pneumococcique avec les vaccin grippal est possible.

Ajouter un commentaire