Les risques de la vaccination chez le sujet atteint d’une maladie allergique

Divers vaccins, seuls ou associés, peuvent être administrés sans risque chez les allergiques, après épreuve de tolérance.

Vaccination contre la variole

Suspendue en 1984 en France, elle a été rendue responsable d’accident chez l’enfant atteint d’eczéma.

En fait, il ne s’agissait pas d’un accident allergique mais d’une dissémination vaccinale avec vaccine généralisée.

Réactions de type allergique dues au B.C.G.

Les réactions de type allergique au B.C.G. sont rares.

Une éruption peut être observée dans certains cas 4 à 8 semaines après la vaccination, due à une réaction au corps bacillaire.

Quelques réactions allergiques

Quelques réactions allergiques ont été observées après vaccination par les vaccins dipthérique, tétanique et coquelucheux simples ou associés chez les sujets atteints d’une maladie allergique.

Il s’agit essentiellement de réaction générale à type d’asthme ou de réactions inflammatoires locales importantes.

Réactions allergiques à l’anatoxine diphtérique

Les réactions allergiques à l’anatoxine diphtérique s’observent surtout chez l’adulte, en rapport avec une sensibilisation antérieure.

Le contrôle de l’immunité par la réaction de Schick permet, dans certains cas, d’éviter de revacciner un allergique.

On peut aussi diminuer les réactions vaccinales par l’utilisation d’une dose réduite d’anatoxine diphtérique pour les injections de rappel (D.T.Bis).

 

Réactions allergiques après vaccination tétanique

Les réactions allergiques observées après vaccination sont exceptionnelles, sauf chez les sujets hyperimmunisés qui peuvent présenter des réactions locales importantes, type phénomène d’Arthus, persistant pendant quelques jours.

Afin d’éviter ce type de réactions, il est conseillé d’espacer le rythme des rappels et de ne les pratiquer que tous les 10 ans.

Vaccin poliomyélitique injectable, vaccin buccal

Ni le vaccin poliomyélitique injectable, ni le vaccin buccal n’ont été rendus responsables de manifestations allergiques.

Ces réactions étaient autrefois dues à la présence d’antibiotiques, type pénicilline ou streptomycine.

Vaccins préparés sur œufs embryonnés

Certains vaccins préparés sur œufs embryonnés (grippal, ourlien, rougeoleux, amaril) ne sont contre-indiqués que chez les personnes présentant une allergie vraie à l’œuf.

Vaccin antityphoparatyphoïdique

C’est un vaccin agressif, il doit être évité chez le sujet allergique.

Accidents graves

Des accidents graves peuvent survenir chez des enfants ayant des antécédents allergiques personnels ou familiaux après vaccination anticoquelucheuse.

Il s’agit essentiellement de réactions de type anaphylactique attribuées, par certains auteurs, au facteur de sensibilisation à l’histamine du bacille de Bordet-Gengou.

Vaccins contre la rubéole – vaccin rabique

Les vaccins contre la rubéole ainsi que le vaccin rabique, cultivés tous les 2 sur cellules diploïdes humaines, ne déterminent pas de manifestations allergiques.

Réactions urticariennes

Les réactions urticariennes après injection d’immunoglobulines standard sont dues, non pas à la fraction immunoglobulinique, mais à l’agent conservateur contenu dans ce produit : le merthiolate.

Il est à signaler, par ailleurs, que tous les vaccins ont été rendus responsables d’accidents cutanés locaux ou d’œdème de Quincke dont la nature allergique est à discuter.

Précautions à prendre pour vacciner un allergique

  • Ne pas vacciner un allergique lors d’une poussée évolutive de la maladie
  • S’assurer que le vaccin utilisé ne contient pas d’antibiotiques réputés dangereux chez l’allergique
  • Evaluer la sensibilité du sujet avec une solution de vaccin dilué

Ajouter un commentaire