La vaccination internationale

Le développement plus facile et plus rapide des moyens de transports a permis le déplacement de voyageurs en tous sens, d’un climat à l’autre sans transition, avec brassage bénéfique de diverses populations, non seulement sur le plan de loisirs, mais aussi dans le domaine des échanges culturels, scientifiques et commerciaux.

Il y a un demi-siècle, souligne Mollaret, la durée des voyages intercontinentaux avait toute chance de dépasser la durée d’incubation des maladies quarantenaires de l’époque. Ainsi, les mesures d’isolement et de protection pouvaient être prises à temps.

Alors qu’actuellement la rapidité des moyens de transport impose non seulement de renforcer le contrôle des moyens de transports impose non seulement de renforcer le contrôle sanitaire aux frontières, mais aussi d’assurer l’hygiène des aéroports et le développement des études épidémiologiques dans les régions desservies afin de renforcer les mesures prophylactiques et la lutte contre les vecteurs et les réservoirs de virus.

Avion

Avion

Aujourd’hui, les transports aériens sont de plus en plus nombreux et l’effectif des voyageurs est en croissance régulière.

Les risques de propagation et de contamination des maladies contagieuses sont donc accrus. Mais ces risques différent en fonction de la région visitée, de la durée et des conditions de séjour.

Ces circonstances sont parfois aggravées par l’illusion d’efficacité d’une protection sanitaire aux frontières,; le retard ou le refus des gouvernements à déclarer le début d’un foyer épidémique.

Ainsi, les déplacements vers les pays tropicaux, pour raisons de tourisme ou d’affaires, amènent un nombre grandissant de personnes à consulter leur médecin :

  • soit avant le départ pour être utilement conseillé
  • soit à leur retour à l’occasion d’un épisode fébrile, diarrhéique ou autre

Tout en tenant compte des situations particulières, la conduite des médecins doit être orientée vers trois éléments primordiaux :

L’O.M.S. a fait adopter, depuis 1957, un règlement sanitaire international rendant obligatoires, pour certains pays, les vaccins correspondant à certaines maladies dites quarantenaires :

  • la fièvre jaune
  • le choléra
  • la variole…

Mais la décision d’exiger ou non ces vaccinations appartient à chaque pays et peut être modifiée d’une années à l’autre. Son but est de protéger non seulement les voyageurs mais aussi le pays d’accueil ainsi que le pays de retour, vis-à-vis d’une contamination.

Quelques vaccinations internationales sont exigibles dans certains pays :

  • le vaccin cholérique
  • le vaccin amaril
  • vaccin variolique
  • le vaccin méningococcique

Le vaccin cholérique

Depuis 1974, la vaccination cholérique n’est plus recommandée par l’O.M.S. mais lorsqu’elle est exigée par les autorités sanitaires locales, une seule injection est légalement suffisante.

Le vaccin amaril

Dans les régions où le virus est actif, la vaccination antiamarile est fortement recommandée, quelle que soit la durée du déplacement, pour les personnes visitant des pays d’Afrique ou d’Amérique du sud, si l’on estime que le virus existe à l’état endémique.

Les autorités sanitaires locales de quelques pays d’Afrique exigent le certificat de vaccination antiamarile de tout voyageur entrant sur leur territoire, tandis que d’autres ne l’exigent que des voyageurs provenant d’une région infectée.

Le vaccin variolique

L’Assemblée Mondiale de la Santé a proclamé l’éradication de la variole dans le monde lors de la 33ème assemblée, le8 mai 1990.

Cette éradication a eu des répercussions profondes sur l’obligation de présenter un certificat de vaccination pour les voyager internationaux.

Ainsi, le règlement sanitaire international a été amendé en 1981 afin de supprimer toute référence à la variole et au certificat de vaccination antivariolique.

Le vaccin méningococcique

Depuis 1987, les pèlerins se rendant à la Mecque doivent être minis, à l’entrée en Arabie Saoudite, d’un certificat de vaccination contre la méningite à méningocoque, datant de moins de 2 ans et de plus de semaines.

Le tableau ci-dessous représente la validité du certificat international de vaccination

Vaccin Nombre de doses Durée de validité Primo Revaccination
Choléra  1 6 mois  6 jours le jour même
Variole  1 3 ans  8 jours le jour même
Fièvre jaune  1 10 ans 10 jours le jour même

Ajouter un commentaire