Vaccination contre les maladies parasitaires

L’approche vaccinale des maladies parasitaires a mis beaucoup de temps à prendre corps pour de multiples raisons :

  • d’une pat parce que les connaissances en immunologie parasitaire ont été pendant très longtemps en retard
  • d’autre part parce que la multiplication de certains parasites in vitro est encore impossible

Les données actuelles sur les possibilités de vaccination parasitaire chez l’animal sont suffisantes pour affirmer que cette vaccination sera possible dans les années à venir chez l’homme. Des résultats encourageants sont d’ores et déjà obtenus grâce à l’application de la recombinaison génétique pour la production de vaccins parasitaires.

Vaccination contre les bilharzioses

Bilharziose

Bilharziose

Les bilharzioses sont des affections dues à :

  • schistosoma mansoni
  • haematobium
  • japonicum
  • intercalatum

Elles sont transmises par des mollusques spécifiques qui vivent en eau douce et dont l’extension géographique détermine celle de la parasitose.

La maladie atteint au moins 200 millions d’individus par an dans le monde et elle est responsable d’environ 80000 décès.

Il n’existe, à l’heure actuelle, aucun moyen chimio-prophylactique et la chimiothérapie disponible ne prévient pas la réinfection, d’où l’intérêt d’un vaccin efficace contre cette affection.

L’étude expérimentale a révélé qu’après primo-infection, l’animal peut développer une immunité vis-à-vis d’une réinfection par schistosoma, et l’étude épidémiologique chez les sujets vivant dans une région à haute endémicité a permis de mettre en évidence un certain degré d’immunité après une exposition prolongée.

A l’heure actuelle, il n’existe aucun vaccin à usage humain mais il apparaît possible de produire deux types de vaccins :

  • un vaccin vivant hétérologue préparé avec des schistosomas non humains
  • un vaccin tué préparé à partir d’un schistosome entier ou à partir d’une fraction purifiée

Récemment, Capron et coll. ont cloné et exprimé la protéine P28 de Schistosoma mansoni dans E. coli. Cette protéine recombinante induit une protection significative chez les rongeurs et les babouins, avec prédominance de la réponse en anticorps IgE anti-p28.

Jusqu’à présent, aucune étude n’a été réalisé avec ce vaccin chez l’homme.

Vaccination contre les trypanosomiases

On distingue les trypanosomiases :

  • africaine
  • américaines

Vaccin contre la trypanosomiase africaine

Vaccination

Vaccination

Il n’existe, à l’heure actuelle, aucun vaccin à usage humain. L’expérimentation animale a permis de produire une immunité importante chez les animaux vaccinés avec des trypanosomes irradiés, mais cette immunité n’est valable que vis-à-vis du trypanosome irradié utilisé.

L’utilisation de la fraction antigénique purifiée du parasite a produit une résistance temporaire à la maladie.

Vaccin contre la maladie de Chagas

Les sujets atteints de la maladie de Chagas développent une immunité et sont porteurs d’anticorps protecteurs.

Un vaccin préparé à partir de germes entiers tués ou à partir de sa fraction antigénique a été utilisé avec des résultats inconstants.

Les vaccins vivants atténués préparés à partir de parasites irradiés, provoquent une protection partielle chez l’animal parasité.

Ajouter un commentaire