Vaccination contre les rotaviroses

On entend maintes fois parler de rotavirus. En réalité,  l’adaptation de ces rotavirus sur culture cellulaire a permis le mise en place d’un vaccin vivant atténué.

Une expérience significative

Vaccin

Vaccin

Vesikari et coll. ont administré un vaccin vivant atténué contre les diarrhées à rotavirus, souche NCDV, à des nourrissons âgés de plus de 6 mois ayant un faible taux d’anticorps pendant la saison où l’incidence de la maladie est la plus importante.

Une protection significative a été obtenue dans 88% des cas après la prise d’une seule dose par voie orale.

Faute de recul suffisant, la durée de l’immunité post-vaccinale n’est pas encore déterminée mais d’après Veskari et coll, ce vaccin induit une protection de 2 ans au moins et s’exerce contre la maladie due aux rotavirus de sérotype 1.

Toutefois, des essais ultérieurs effectués en Gambie et au Rwanda n’ont conféré qu’une faible protection, même après 3 doses.

D’autres études réalisées dans des pays différents

Des essais cliniques sur la vaccination réalisés aux États-Unis, en Finlande, en Suède et au Venezuela avec un vaccin vivant atténué, constitué par un rotavirus de signe Rhésus ont montré que ce vaccin détermine une protection vis-à-vis des formes graves de la maladie après l’administration d’une seule dose chez le très jeune nourrisson.

A la différence de la souche NCDV, ce vaccin occasionne une diarrhée bénigne chez les nourrissons de plus de 5 mois; mais n’entraîne pas d’effet secondaire lorsqu’il est administré avant cet âge, tout en restant hautement immunogène ; ceci est probablement dû à la présence d’anticorps d’origine maternelle.

D’autres vaccins sont actuellement à l’étude, préparés avec des souches plus atténuées d’origine bovine ou avec des souches hybrides produites sur des cultures mixtes de souche de rotavirus humains et bovins.

Des souches virulentes de rotavirus humains atténués sont en cours d’étude ainsi qu’un vaccin préparé par clonage dans un vecteur bactérien de copies d’ADN régissant la production de l’antigène de rotavirus qui suscite l’anticorps neutralisant.

Ajouter un commentaire