Vaccinations et maladie de Hodgkin

Il est plus que primordiale de connaître le mode d’action des vaccins ainsi que leurs effets notamment si la personne à vaccinée est atteints de la maladie de Hodgkin.

Impact de la maladie de Hodgkin

Les sujets atteints de la maladie de Hodgkin présentent fréquemment une insuffisance immunitaire portant essentiellement sur l’immunité cellulaire, se traduisant notamment par une anergie à la tuberculine et à d’autres allergènes bactériens, viraux ou parasitaires.

En revanche, l’immunité à médiation humorale est le plus souvent normale, tout au moins au début de la maladie, qu’il s’agisse de la production des anticorps sériques ou du taux des immunoglobulines.

Schneider, lors de son étude, note une fréquente anergie au B.C.G. test avec altération de l’hypersensibilité retardée, une diminution constante de la capacité de transformation de lymphocytes en cellules hyperbasophiles et une lymphocytopénie.

Il n’a pas été noté une action immunodépressive retardée de la thérapeutique administrée chez ces malades.

La maladie de Hodgkin et la vaccination

Vaccination

Vaccination

Mais le sujet atteint de la maladie de Hodgkin est-il capable de répondre correctement à la vaccination ?
Hoffman et Rottino, Schneider et coll., Schier et coll. notent une bonne acquisition des anticorps chez les sujets atteints de la maladie de Hodgkin après vaccination par un vaccin entérique polyvalent ou un vaccin ourlien, tandis que Barr et Fairley notent seulement dans 60 % des cas une bonne acquisition des anticorps après vaccination tétanique.

Ces mêmes auteurs constatent que le hodgkinien répond mal à la primo-vaccination et correctement aux injections de rappel.

La discordance des résultats mentionnés dans la littérature serait, pour eux, due à une erreur d’interprétation des résultats en vaccination primaire ou en vaccination de rappel.

Les injections pneumococciques semblent plus fréquentes en plus graves chez les sujets atteints de la maladie de Hodgkin causant une mortalité importante.

Des résultats contradictoires ont été notés après vaccination pneumococcique.

Aisenbarg et Buchanan trouvent une bonne réponse en anticorps après vaccination tandis que d’autres notent un échec de cette vaccination chez les splénectomisés.

Siber et coll. attirent l’attention sur le fait que la vaccination antipneumococcique détermine une séro-conversion post-vaccinale chez les hodgkiniens comparable à celle obtenue chez le sujet normal à condition que la vaccination soit faite avant toute :

  • chimiothérapie
  • radiothérapie
  • splénectomie

La plus mauvaise réponse est obtenue chez les malades soumis à une chimiothérapie intense ou à une irradiation ganglionnaire importante.

S’il faut proscrire les vaccins vivants qui risquent d’être dangereux en vas de déficit de l’immunité cellulaire chez les sujets atteints de la maladie de Hodgkin, en revanche, l’utilisation des vaccins inactivés ou tués est sans danger.

D’après les études que nous venons de citer, il persiste une certaine capacité de synthèse des anticorps, surtout au début de la maladie, en primo-vaccination et ultérieurement lors des rappels.

Ajouter un commentaire